carole octobre 29, 2018 Pas de commentaire

Dans une interview donnée au Nouvel Obs en 2016 , le célèbre pédopsychiatre Marcel Rufo écrivait « l’école provoque une véritable épidémie d’angoisse ».

Pour Louis Musso, professeur d’EPS à la retraite, la réponse pourrait être d’évacuer les tensions en pratiquant la sophrologie. Il en donne la définition suivante : la sophrologie est une technique de relaxation à la croisée entre l’hypnose et la méditation, basée sur des exercices de respiration et de gestion de la pensée.

Sophrologue expérimenté, Louis Musso organise des stages de formation pour les professeurs, et intervient dans des lycées toulousains. Fondateur, avec d’autres enseignants, de l’APRESS (Association pour la réussite des élèves sans stress), il prône les vertus de la sophrologie face à l’échec scolaire, à la “démotivation” et aux “blocages” de certains élèves.

« Si un élève est en échec, c’est parce que ses capacités sont inhibées par le stress ».

Quant à moi, je peux régulièrement observé dans ma pratique au cabinet à quel point la sophrologie est efficace sur les enfants et sur les adolescents car ils savent rapidement s’approprier les pratiques et les décliner au bon moment dans leur quotidien. Quelques séances suffisent pour que les enfants reprennent un peu d’insouciance, de légèreté et leur confiance en leurs capacités. Ils retournent à l’école, au collège ou au lycée plus sereinement, apprennent plus facilement.